Magnétic  
Compagnie Jérôme Thomas   
| Création 2017
 
     
Revue de Presse

Magnétic  
Création 2017   
| Jérôme Thomas
 

 

 
| Wilfried Wendling
 
| Les interprètes jongleuses
     ( certains rôles sont joués en alternance )
       

 

| Dossier Magnétic à télécharger en format PDF

Une création de Jérôme Thomas

Musique et vidéo
Wilfried Wendling en collaboration avec Grégory Joubert

Interprétation
Nicoletta Battaglia, Elena Carretero, Gaëlle Cathelineau
Chloé Mazet ou Ria Rehfuss

Création lumière
Bernard Revel assisté de Dominique Mercier-Balaz

Création accessoires et costumes
Emmanuelle Grobet

Directrice de production Agnès Célérier
Chargée de diffusion Cécile Henny
Crédits photos Christophe Raynaud de Lage
Relations presse Olivier Saksik

Production ARMO – Cie Jérôme Thomas
Coproduction IRCAM Centre Pompidou

Avec le soutien de La Muse en Circuit - Centre National de Création Musicale, du Théâtre Mansart-CROUS de Dijon, de l’ARTDAM Bourgogne-Franche-Comté, de l’Académie Fratellini et de la ville de Dijon.

Quatre jongleuses interprètent cette pièce en trois tableaux, où de simples tiges, élastiques ou plaques de polystyrène, suffisent à nous plonger dans un univers hypnotique. Des balles blanches flottent toutes seules dans le noir du théâtre, les cannes se ploient et dessinent un univers d’herbes folles, sans parler de l’étonnante géométrie qui naît de la manipulation des fils et des balles, que révèlent la lumière et la vitesse. Exploration cinétique et magie, cette pièce est inspirée de Hic, pièce emblématique de la Compagnie Jérôme Thomas. Elle revit aujourd’hui, empreinte d’une brutalité de sensations toute contemporaine, sur une musique originale de Wilfried Wendling.

* Une sortie d’atelier avec trois jeunes compositeurs a été présentée le 2 juillet 2016 au CENTQUATRE dans le cadre du Festival Manifeste, In Vivo Electro. Le solo Plak et la pièce Elastics ont été présentés le 12 décembre 2016 au centre Pompidou dans une soirée « Jonglerie Musicale », présentée par L’Ircam.

Création les 17, 18 ET 19 octobre 2017
au Théâtre Mansart, Dijon

DISPONIBLE A LA DIFFUSION A PARTIR DE 2020

Durée : 1 heure

La genèse du projet

En Septembre 2015, en collaboration avec L'IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) Henry Fourès m'a proposé d'interpréter une partition jonglistique avec le sextuor L'Instant Donné au Festival Musica à Strasbourg, Dels Dos Principis. Cette collaboration m'a permis de faire évoluer le rapport entre jonglage et musique contemporaine. L’IRCAM m’a alors proposé de participer à l’académie du Festival pluridisciplinaire Manifeste et d’initier un « in Vivo Electro », atelier «  work in progress » avec quatre compositeurs au CENTQUATRE à Paris en juin 2016.

Jeux de mémoire et d’élastiques

Immédiatement j’ai pensé à HIC, première partie de Hic Hoc, spectacle dont la première eut lieu à L'ARC (scène Nationale du Creusot) en 1995.
20 années de pratique me relient à cette œuvre qui a été jouée 150 fois, de Peshawar (limite des territoires occupées par les Djihadistes aujourd'hui) à Mexico, Moscou ou encore La Réunion...
Un immense voyage, dans l’espace et la mémoire, qui me relie encore à cette pièce. La sensation que tout bouge, mais que le point d'ancrage reste solide. Ce Quartet fut interprété à l'époque par 4 jongleurs (Phia Ménard, Martin Schwietzke, Mads Rosenbeck et Emmanuel Anglaret) et tout aussi immédiatement, j’ai pensé à un Quartet d’aujourd’hui interprété par quatre jongleuses, quatre interprètes européennes.

Vu ? Pas vu ?

Aujourd'hui m'inspirer de HIC est plus qu'une remontée dans le temps, c'est aussi un acte de création qui convoque magie et pratique jonglistique pointue dans leur brutalité d'exécution, sans trucages ni décors comme il y a vingt ans, mais avec des signes de notre contemporanéité. Il y aura écriture avec élastiques, longues tiges en Kevelar, dialogues entre 4 axes en une géométrie variable, voyage entre lignes et surréel. Visions nées de la cinétique, et une magie d’autant plus poétique qu’elle est dévoilée. D’autres objets comme les plaques de polystyrène, petites et grandes, qui n’existaient pas dans la pièce d’origine, sont également apparus.

La présentation au CENTQUATRE comportait 3 pièces principales, la première organisée autour d’un travail apparition/disparition avec une balle, des tiges en kevelar comme des longues fleurs ou herbes folles, la deuxième organisée autour des élastiques, cinétique et chorégraphiée à la fois, la dernière mettant en scène les plaques, dont une partie interprétée par Ria Rehfuss, Plak, où la plaque de polystyrène et le corps forment un duo qui culmine dans la vision d’un envol magique. Cette structure sera conservée dans la pièce finale.

| Jérôme Thomas

Magnétic  Dossier artistique 2019
Magnetic English version  Dossier artistique 2019


Manuel Piolat Soleymat – 19/02/18

« Jérôme Thomas dépasse ici les carcans de la performance technique pour réaliser un important travail sur l’espace et le corps. Jouant d’atmosphère et d’enjeux scéniques contrastés, Magnétic est un spectacle total dont l’abstraction rejoint les sphères de la sensualité. A certains instants, même, celle de la grâce. Il y a quelque chose d’hypnotique dans cette radicalité contemporaine. »


Le Canard Enchaîné – 14/03/18 

« Tout de noir vêtues, quatre jongleuses-danseuses aux mains douées d’un toucher caressant font jaillir des salves de balles blanches. Manipulant des tiges flexibles, des files élastiques tombant des cintres et des plaques de polystyrène, elles rusent, dans trucages ni artifices, avec les lois de l’optique et les lumières magnifiques. En un ballet cinétique, se lèvent des paysages mouvants et des formes impalpables à la géométrie aussi tourbillonnante qu’éphémère. Spirales, cônes, prismes, polyèdres et cylindres géants se déploient en tableaux plus inventifs les uns que les autres. Magnétic c’est magnifique. »


Télérama Sortir – Thierry Voisin – 13/02/18

« Reprendre Hic n'est pas un hoquet créatif de Jérôme Thomas, mais une volonté de revisiter l'une de ses pièces emblématiques. Créée en 1995, elle confirmait l'originalité d'une démarche visant à libérer la jonglerie de la performance, pour lui offrir une force poétique et visuelle inattendue. Les quatre interprètes sont aujourd'hui des femmes, donnant à ce ballet des corps et des objets une évidente sensualité. Avec une grâce infinie, elles manipulent des balles, de longues tiges synthétiques et des plaques de polystyrène de différents formats. Naissent ainsi, dans la pénombre de la scène, une série de variations cinétiques captivantes, oniriques, parfois hypnotiques, portées par la musique du fidèle Wilfried Wendling. Voilà une forme absolue et pure, qui ouvre une nouvelle page de l'ivre de la jongle. »

 

Magnétic
 TÉLÉCHARGER LA REVUE DE PRESSE COMPLÈTE (43 pages)

Jongleur d'abord formé au cirque avec Annie Fratellini et au cabaret, il s'orienta très tôt vers le jazz et collabora avec de nombreux musiciens : Bernard Lubat, Carlo Rizzo, Marc Perronne, Pascal Lloret, Alfred Spirli, Jacques Higelin, l’ARFI, Trio Bravo, Andy Aimler, ensemble Aleph, Michel Portal et bien d’autres. Ces rencontres l’orientèrent vers une pratique de l’improvisation. Après avoir créé Artrio (1988) avec Jean-Paul Autin et Carlo Rizzo, il interpréta Extraballe (1990) un solo en collaboration avec le chorégraphe Hervé Diasnas, puis Kulbuto (1991), une création collective.
Il est le directeur artistique de ARMO (Atelier de Recherche en Manipulation d’Objets)/Cie Jérôme Thomas depuis sa création en 1992 et la codirige avec Agnès Célérier depuis 2000.
La Compagnie produit Quipos, monde de cordes & Hic Hoc, univers onirique en 1995 / Amani Ya Bwana, avec les acrobates kenyans, les Jambo Mambo en 1996 / Le Banquet avec le GR 12, groupe de recherche de la Cie en 1997/ «4» Qu’on en finisse une bonne fois pour toutes avec… en 98 / IxBE, d’après Extraballe avec Simon Anxolabéhère en 2000 à L’ARC, Scène Nationale du Creusot, théâtre de résidence pendant de nombreuses années. Ces spectacles ont largement tourné à l’étranger avec le soutien de l’AFAA. Cirque Lili rappela Jérôme Thomas au cirque à Lannion en mai 2001 et fut joué plus de 300 fois sous chapiteau. Il créa ensuite Milkday (Théâtre 71 -Malakoff 2003), Le fil… et ses invités pour le Cirque Jules Verne d’Amiens (d’après Le Fil mis en scène pour les musiciens Michel Aumont et Daniel Pabeuf, prix de La Région Bretagne) puis Pong avec le mime suisse Markus Schmid, au «Sujet à Vif» (SACD - Festival d’Avignon).

Rain/Bow, arc après la pluie, ballet jonglé pour dix artistes formés à la même pratique du mouvement et de la manipulation d’objets, fut créé en 2006 en versions théâtre (à Boulazac) et cirque (au cirque Jules Verne à Amiens dans lequel la Compagnie a été en résidence pendant 3 ans).

En même temps que ces pièces écrites, Jérôme Thomas poursuivit ses recherches sur l’improvisation et la relation entre jonglage et musique avec Juggling Hands / Les Hurluberlus / Duo «Jérôme Thomas invite Jean François Baëz».
En 2007, il mit en piste le spectacle d’inauguration du Cirque Théâtre d’Elbeuf, Jeux de Piste.
En 2008, il créa Libellules et Papillons !! spectacle pour 8 artistes avec un solo chorégraphié par Pedro Pauwels/ Papillons! pour la rue / Sortilèges, spectacle pour enfants / Deux hommes jonglaient dans leur tête, en collaboration avec le compositeur Roland Auzet et sous le regard de Mathurin Bolze. Il participe au spectacle de Jean Lambert Wild Le Malheur de Job (CDN de Caen).
En octobre 2010, il créa Ici. avec le mime suisse Markus Schmid et le musicien Pierre Bastien. Un spectacle en trois mouvements, pour deux artistes et une musique mécanique. En 2012, il créa Sur des œufs avec Jean-Marie Maddeddu, pour sa carte blanche à La brèche à Cherbourg dans le festival Spring. En 2013, il crée FoResT, un spectacle pour le chapiteau de bois et de toile rouge de la Cie, accompagné par Jean-François Baëz accordéoniste et compositeur et Aurélie Varrin.

Parallèlement à ses propres créations et interprétations, Jérôme Thomas a toujours transmis sa pratique et donné de nombreux stages en France et à l’étranger. Il est plusieurs fois intervenu à l’École du cirque de Moscou et au CNAC de 1989 à 1993.
Conseiller artistique à l’Académie Fratellini, il intervient dans le parcours des apprentis en tant qu’enseignant, cursus jonglage. Il crée Colosse, spectacle de fin d’année en décembre 2012.
En 2014, met en scène avec la collaboration de Martin Palisse, le spectacle de fin d’études de la 26ème promotion du Centre National des Arts du Cirque (CNAC), Over the Cloud.
En 2015 il interprète la pièce d’Henry Fourès pour jongleur et sextuor Dels dos Principis créée à Strasbourg au festival Musica, produite par L’Ircam et La Cie Jérôme Thomas.
En 2016, Hip 127 la Constellation des Cigognes, pièce pour 7 jongleurs et une artiste lyrique a été créé à L’opéra de Limoges avec l’orchestre de l’Opéra. La musique est de Roland Auzet, la mise en scène et la chorégraphie de Jérôme Thomas et Martin Palisse.
Il a été l’instigateur, avec l’aide de nombreux artistes et du Théâtre 71 de Malakoff, du premier Festival de Jonglage Contemporain et improvisé, Dans la Jongle des Villes, en 1996. La dernière édition de cet événement a eu lieu en juin 2001. En 2001, il fut directeur artistique des Arts de la Jongle à l’Espace Chapiteaux du Parc de la Villette dans le cadre de l’Année du Cirque.
Jérôme Thomas a été membre du Comité d’honneur de l’Année du Cirque en 2001.
Il a reçu en 2003 le prix SACD pour les Arts du Cirque et a été élu en 2009 et en 2015 Administrateur délégué - Arts du Cirque à la SACD.

Wilfried Wendling étudie l'écriture (harmonie, orchestration, analyse, contrepoint) au CNR de Rueil-Malmaison puis au conservatoire supérieur de Paris pour ensuite se consacrer à la composition grâce à Georges Aperghis puis Philippe Leroux. Il collabore à différents projets technologiques pour des compositeurs comme Ivan Fedele, Jean Batiste Barrière ou Reiner Beusch. Il est depuis membre du collectif La-Kitchen. Ces compositions uniquement musicales ont également été jouées par différents ensembles. Depuis 2000, il co-dirige l'Ensemble Diffraction. Dédié à la création de spectacles pluridisciplinaires utilisant systématiquement textes et électronique, l'Ensemble Diffraction a créé de nombreuses "performances de théâtre sonore". Il crée également plusieurs musiques de scènes, ainsi que des installations sonores pour différentes expositions. Initié à l'improvisation par Hélène Breschand, leur duo explore actuellement des formes ouvertes associant texte, vidéo, lumière et scénographie. Il est membre, avec Eryck Abecassis, de l'Ensemble KERNEL, créé par Kasper T. Toeplitz. Très tôt intéressé par la scène et le texte, Wilfried Wendling crée dès 1995 la Compagnie Prométhée avec laquelle il compose et met en scène six spectacles pluridisciplinaires notamment présentés au Théâtre des Amandiers, l'Odéon-Théâtre de l'Europe et à la Maison de la Poésie de Paris.

En 2013, Wilfried Wendling, nommé à la direction de La Muse en Circuit, centre de création musicale implanté à Alfortville, succède à David Jisse. Compositeur, mais aussi metteur en scène et vidéaste, c’est tout naturellement qu’il ouvre davantage encore La Muse aux formes musicales transdisciplinaires.

Nicoletta Battaglia

Née en Italie à Sanremo, elle est diplômée de l’université de Turin avec un mémoire sur l’anthropologie du cirque.
Elle étudie le cirque et le théâtre (manipulation d’objets, main à main, clown et théâtre visuel), en suivant des stages et des cours en Europe (comme à l’ESAC et à l’Espace Catastrophe à Bruxelles) et l’également à l’école du cirque de Moscou.
Elle croise différents professeurs (Kim Langlet, Pascal Agelier, Jérôme Thomas, Cristina Samaniego).
Elle étudie également la danse contemporaine, la musique (trompette et guitare).
Installée en Espagne, elle y collabore avec différentes compagnies et développe également des projets personnels qui mêlent le théâtre physique et les sciences sociales, la photo, ou font appel à la musique.

En 2014 avec Rubén Rio, elle fonde la compagnie de cirque contemporain « El Cruce », avec laquelle ils créent le spectacle Errantes en 2014 et le spectacle de rue Punto et Coma en 2016 (1er prix du festival de rue de Séville) qui tourne actuellement dans les festival de rue internationaux.

Elena Carretero

Elena commence la danse classique à l'âge de trois ans et suit une formation en cirque à l'école municipale de cirque de Alcorcón à Madrid (Espagne). Elle étudie la danse contemporaine avec Iris Muñoz et entre au Conservatoire Supérieur de Danse à Madrid. Elle suit une série de stages à l’école de Cirque Carampa de Madrid et à travers l'Europe, avec Stefan Sing, Jorge Silvestre et avec la Fondation Cirko Vertigo, ainsi qu’une série de stages de danse-théâtre et manipulation d’objets avec Daniela Paci, Marigia Maggipinto de la Cie Tanztheater de Pina Bausch, Giorgio Rossi, Roberto Orlacchio, Tarek Rammo et avec Jérôme Thomas.

En 2007, elle fonde la Cie Lunitecnia, qui intègre la danse et la jonglerie lumineuse avec des musiciens de jazz en live. En 2015, elle fonde la coopérative Espace des Arts avec Guillermo Hunter, et coordonne aussi La Nave del Espacio, un espace de formation et création artistique.
En 2017, elle intègre la Cie L'Artimista dirigée par la chorégraphe Daniela Paci, où elle interprète les œuvres Balentia et Performance le intermittenze. Pendant cette période elle est professeure de danse contemporaine et manipulation d'objets à l'école Cirko Vertigo-Turin ainsi qu’à la Ginger Company.
En mars 2018, elle intègre la Cie Jérôme Thomas avec le spectacle Magnétic, grâce auquel elle continue son développement artistique et créatif.


Gaëlle Cathelineau

Artiste de cirque, jongleuse, danseuse, Gaëlle s’est formée à l’École de Cirque de Bordeaux, de Lomme à Lille et à l'école de danse Lullaby à Bordeaux.

Son travail de jongleuse sera continuellement imprégné et inspiré des autres disciplines (danse contemporaine, classique, clown, acrobaties, jeux masqués ...) La recherche de cette mixité étant un axe majeur dans ses créations. Depuis huit ans, elle travaille au sein de plusieurs compagnies (Nikolaus, Jérôme Thomas, Cie See, Cie La Manœuvre, Jonglargonne..)

Elle se produit également avec sa compagnie (Collectif Tripolaire) situé à Bordeaux avec Mickaël Letellier et Juliette Armenté. Plusieurs spectacles gravitent autour de ce collectif d'artistes.

C’est dès 2017 qu’elle intègre la Cie Jérôme Thomas avec la création du spectacle Magnétic.

Chloé Mazet

Artiste de cirque de nationalité franco-britannique, formée à l’Ecole nationale de Rosny-Sous-Bois et au centre national des arts du Cirque (CNAC), elle obtient son diplôme en 2006. Elle participe au spectacle de fin d’études mis en scène par Jérôme Thomas avec la collaboration de Martin Palisse Over the Cloud. Dans le cours de ses études elle a également participé à des projets de Jean Guizerix, Guy Alloucherie et la Compagnie HVDZ, Vincent Gomez.

Dernièrement, elle a suivi le stage « suspension et systema » de la Compagnie Rhizome, participé à des laboratoires de la Compagnie le « Jardin des délices » et collaboré avec l’Eolienne pour « The safe world et flux tendu », avec la compagnie Héliotropion ainsi qu’avec la compagnie La Migration dont elle dont elle a intégré l’équipe pour la prochaine création.

Ria Rehfuß

Danseuse free-lance, jongleuse et musicienne née en 1982 à Balingen en Allemagne, elle aime combiner les formes artistiques. Elle a étudié pendant 7 ans la rythmique à la Musikhochschule Trossingen (D) et en est sortie diplômée en 2009 avec un master Musique et Mouvement. En 2011, elle obtient le diplôme du North Karelia College de Outokumpu, école de danse contemporaine en Finlande. Depuis 2019, elle enseigne la danse contemporaine, la danse-contact improvisée, l’anatomie appliquée et la recherche du mouvement au Hochschule für Musik, à Trossingen (D) A côté de ses propres créations (chorégraphies, improvisations, video et piano, performances de rue) elle travaille avec des compagnies de danse comme OffSpace et HeadFeetHands en Allemagne.

En 2014, elle commence à travailler avec Jérôme Thomas pour FoResT , puis elle est interprète dans HIP 127 – La Constellation Des Cigognes.
Elle a travaillé aussi avec Angie Hissel, Mary Bauermeister and Mark Coniglio.